pixel FB
Partageons nos bonnes adresses
Trouvez les meilleures adresses !

Et si on se faisait un petite histoire ? : discussion

Bettyoups
Bettyoups le 22/05/2015 à 07h17
L'idée est de se faire une histoire en mettant chacun une phrase, juste une,afin de permettre à tout le monde de s'exprimer , je commence : nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté....
  • Ambassadeur
  • Smile

Oss
Oss 22/05/2015 à 08h17

Super ton idée Maliko !!!!


Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo.

  • Ambassadeur
  • Smile

Johan404
Johan404 22/05/2015 à 14h05

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo.

Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

  • Elite
  • Smile

Oss
Oss 22/05/2015 à 14h08

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire

  • Ambassadeur
  • Smile

Johan404
Johan404 22/05/2015 à 15h36

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "...

  • Elite
  • Smile

Garulfo
Garulfo 22/05/2015 à 17h02

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à ... "

  • Recrue
  • Smile

Johan404
Johan404 22/05/2015 à 17h26

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais.

  • Elite
  • Smile

Bettyoups
Bettyoups 22/05/2015 à 17h38

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?

  • Ambassadeur
  • Smile

Garulfo
Garulfo 22/05/2015 à 18h36

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand...

  • Recrue
  • Smile

Oss
Oss 22/05/2015 à 18h52

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?

  • Ambassadeur
  • Smile

Bettyoups
Bettyoups 22/05/2015 à 22h11

( juste un petit rappel, ne mettez qu'une phrase dans la mesure du possible pour permettre à tout le monde de participer, merci )
Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?
- vu quoi?......mais qui êtes vous, d'abord ?

  • Ambassadeur
  • Smile

Oss
Oss 22/05/2015 à 22h14

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?
- vu quoi?......mais qui êtes vous, d'abord ?
- Vous avez la mémoire courte monsieur Lantier

  • Ambassadeur
  • Smile

Bettyoups
Bettyoups 23/05/2015 à 21h12

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?
- vu quoi?......mais qui êtes vous, d'abord ?
- Vous avez la mémoire courte monsieur Lantier
-allez-vous me dire enfin qui vous êtes ?

  • Ambassadeur
  • Smile

Oss
Oss 23/05/2015 à 21h15

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?
- vu quoi?......mais qui êtes vous, d'abord ?
- Vous avez la mémoire courte monsieur Lantier
-allez-vous me dire enfin qui vous êtes ?
- Bientôt, monsieur Lantier, bientôt, vous avez vu ce dont je suis capable de faire ?

  • Ambassadeur
  • Smile

Bettyoups
Bettyoups 23/05/2015 à 21h54


Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?
- vu quoi?......mais qui êtes vous, d'abord ?
- Vous avez la mémoire courte monsieur Lantier
-allez-vous me dire enfin qui vous êtes ?
- Bientôt, monsieur Lantier, bientôt, vous avez vu ce dont je suis capable de faire ?
- Mais quoi'? Qu'avez vous fait ? Et à qui ???

  • Ambassadeur
  • Smile

Oss
Oss 23/05/2015 à 21h58

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?
- vu quoi?......mais qui êtes vous, d'abord ?
- Vous avez la mémoire courte monsieur Lantier
-allez-vous me dire enfin qui vous êtes ?
- Bientôt, monsieur Lantier, bientôt, vous avez vu ce dont je suis capable de faire ?
- Mais quoi'? Qu'avez vous fait ? Et à qui ???
- Allez voir dans la cale sous la bache, vous aurez un aperçu de mon pouvoir

  • Ambassadeur
  • Smile

Bettyoups
Bettyoups 24/05/2015 à 03h36

Désolée mais ma tablette bugue !

  • Ambassadeur
  • Smile

Oss
Oss 24/05/2015 à 08h08

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?
- vu quoi?......mais qui êtes vous, d'abord ?
- Vous avez la mémoire courte monsieur Lantier
-allez-vous me dire enfin qui vous êtes ?
- Bientôt, monsieur Lantier, bientôt, vous avez vu ce dont je suis capable de faire ?
- Mais quoi'? Qu'avez vous fait ? Et à qui ???
- Allez voir dans la cale sous la bache, vous aurez un aperçu de mon pouvoir
-mais j'y suis et....Lanier se tait car c'est à cet instant que la forme commence à se mouvoir et, dans le mouvement, la toile glisse,, seul le visage a un aspect humain, il reconnait sa fille disparue quelques mois plus tôt.

  • Ambassadeur
  • Smile

Bettyoups
Bettyoups 24/05/2015 à 19h28

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?
- vu quoi?......mais qui êtes vous, d'abord ?
- Vous avez la mémoire courte monsieur Lantier
-allez-vous me dire enfin qui vous êtes ?
- Bientôt, monsieur Lantier, bientôt, vous avez vu ce dont je suis capable de faire ?
- Mais quoi'? Qu'avez vous fait ? Et à qui ???
- Allez voir dans la cale sous la bache, vous aurez un aperçu de mon pouvoir
-mais j'y suis et....Lanier se tait car c'est à cet instant que la forme commence à se mouvoir et, dans le mouvement, la toile glisse,, seul le visage a un aspect humain, il reconnait sa fille disparue quelques mois plus tôt. Il s'élance en hurlant le prénom de sa fille , Aurore !!!!

  • Ambassadeur
  • Smile

Oss
Oss 24/05/2015 à 19h32

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?
- vu quoi?......mais qui êtes vous, d'abord ?
- Vous avez la mémoire courte monsieur Lantier
-allez-vous me dire enfin qui vous êtes ?
- Bientôt, monsieur Lantier, bientôt, vous avez vu ce dont je suis capable de faire ?
- Mais quoi'? Qu'avez vous fait ? Et à qui ???
- Allez voir dans la cale sous la bache, vous aurez un aperçu de mon pouvoir
-mais j'y suis et....Lanier se tait car c'est à cet instant que la forme commence à se mouvoir et, dans le mouvement, la toile glisse, seul le visage a un aspect humain, il reconnait sa fille disparue quelques mois plus tôt. Il s'élance en hurlant le prénom de sa fille , Aurore !!!! (MDR )

Sa fille belle et sauvageonne, attirée par le grand large, avait disparu du domicile familial depuis...

  • Ambassadeur
  • Smile

Bettyoups
Bettyoups 24/05/2015 à 19h38

Nous sommes en octobre, les dockers sur le quai s'arrêtent de travailler pour voir émerger du brouillard le navire tant redouté.... Marcel Lantier, le contremaître, proche de la retraite, se dit qu'il se serait bien passé d'avoir à s'occuper de ce foutu cargo. Après tout, ses petits enfants l'attendent à la maison. Il n'a que quelques jours pour en profiter avant que sa fille, Magalie, retourne chez elle, à 600km de son domicile.

Marcel Lantier est un homme pragmatique, il ne laisse rien au hasard et il compte bien demander des comptes à l'armateur propriétaire de ce navire.

Une fois amarré, il se précipite à sa rencontre, se rend dans sa cabine étriquée et lui dis : "Lestic, on ne peut pas dire que la joie m'étouffe quand je te vois. Tu ramènes encore ta carlingue pourrie dans mon port ! Je m'épuise à te raconter la même chose et la fatigue, ça me rend nerveux. Quand est ce que tu vas te décider à me prévenir 24h à l'avance ?!".
"C'est important Marcel, il faut que tu vois ça, tu ne vas pas en croire des yeux." rétorqua le vieux monsieur barbu.
Interloqué, Marcel suivit son ami jusque dans le cale. Ce qu'il vit le marqua à jamais. Au début, une forme indéfinissable, un animal ?..un être humain ?
L'épaisse crinière qui dépassait de la couverture ne permettait pas d'en juger, pas plus que les formes de sa silhouette répandue sur le sol. Marcel se raidit quand son portable sonna. Un rapide coup d'oeil sur l'écran. Numéro inconnu. Normalement il ne répond jamais à ce genre d'appel. Mais, mû par un instinct qu'il ne comprit pas, il appuya sur la touche pour entrer en communication.
- Marcel Lantier ? dit une voix sans timbre, monocorde.
- Oui c'est moi !
- Vous avez vu ?
- vu quoi?......mais qui êtes vous, d'abord ?
- Vous avez la mémoire courte monsieur Lantier
-allez-vous me dire enfin qui vous êtes ?
- Bientôt, monsieur Lantier, bientôt, vous avez vu ce dont je suis capable de faire ?
- Mais quoi'? Qu'avez vous fait ? Et à qui ???
- Allez voir dans la cale sous la bache, vous aurez un aperçu de mon pouvoir
-mais j'y suis et....Lanier se tait car c'est à cet instant que la forme commence à se mouvoir et, dans le mouvement, la toile glisse, seul le visage a un aspect humain, il reconnait sa fille disparue quelques mois plus tôt. Il s'élance en hurlant le prénom de sa fille , Aurore !!!!

Sa fille belle et sauvageonne, attirée par le grand large, avait disparu du domicile familial depuis qu'elle s'était sauvée avec le fils du capitaine du port.

  • Ambassadeur
  • Smile

Signaler un abus

Répondre

Envie de partager votre opinion ? Les Justacotins sont impatients de vous lire !


Répondre